Bienvenue sur PostGIS.fr

Bienvenue sur PostGIS.fr , le site de la communauté des utilisateurs francophones de PostGIS.

PostGIS ajoute le support d'objets géographique à la base de données PostgreSQL. En effet, PostGIS "spatialise" le serverur PostgreSQL, ce qui permet de l'utiliser comme une base de données SIG.

Maintenu à jour, en fonction de nos disponibilités et des diverses sorties des outils que nous testons, nous vous proposons l'ensemble de nos travaux publiés en langue française.

source: trunk/workshop-foss4g/creating_db.rst @ 81

Revision 60, 5.7 KB checked in by thomasg, 7 years ago (diff)

Fix typos until loading_data.rst

Partie 3 : Créer une base de données spatiales

System Message: WARNING/2 (<string>, line 4)

Title underline too short.

Partie 3 : Créer une base de données spatiales
===============================================

Le Dashboard et PgAdmin

Le "Dashboard" est une application centralisant les accÚs aux différentes parties de l'openGeo Suite.

Lorsque vous démarrez le dashboard pour la premiÚre fois, il vous fournit une indication quand au mot de passe par défaut pour accéder à GeoServer.

./screenshots/dashboard_01.png

Note

La base de données PostGIS a été installée sans la moindre restriction d'accÚs pour les utilisateurs locaux (les utilisateurs se connectant sur la même machine que celle faisant tourner le serveur de base de données). Cela signifie qu'il acceptera tout les mots de passe que vous fournirez. Si vous devez vous connecter depuis un ordinateur distant, le mot de passe pour l'utilisateur postgres a utiliser est : postgres.

Pour ces travaux pratiques, nous n'utilserons que les parties de la section "PostGIS" du Dashboard.

  1. PremiÚrement, nous devons démarrer le serveur de base de données PostGIS. Cliquez sur le bouton vert Start en haut à droite de la fenêtre du Dashboard.

  2. La premiÚre fois que la Suite se démarre, elle initialise un espace de données et met en place des modÚles de bases de données. Ceci peut prendre quelques minutes. Une fois la Suite lancée, vous pouvez cliquer sur l'option Manage dans le composant PostGIS pour lancer l'outil pgAdmin.

    ./screenshots/dashboard_02.png

    Note

    PostgreSQL dispose de nombreux outils d'administration différents. Le premier est psql un outil en ligne de commande permettant de saisir des requêtes SQL. Un autre outil d'administation populaire est l'outil graphique libre et gratuit pgAdmin. Toutes les requêtes exécutées depuis pgAdmin peuvent aussi être utilisées depuis la ligne de commande avec psql.

  3. Si c'est la premiÚre fois que vous lancez pgAdmin, vous devriez avoir une entrée du type PostGIS (localhost:54321) déjà configurée dans pgAdmin. Double cliquez sur cet élément, et entrez le mot de passe de votre choix pour vous connecter au serveur.

    ./screenshots/pgadmin_01.png

    Note

    Si vous aviez déjà une installation pgAdmin sur votre ordinateur, vous n'aurez pas l'entrée (localhost:54321). Vous devrez donc créer une nouvelle connexion. Allez dans File > Add Server, puis enregistrez un nouveau serveur pour localhost avec le port 54321 (notez que numéro de port n'est pas standard) afin de vous connecter au serveur PostGIS installé à l'aide de l'OpenGeo Suite.

Créer une base de données

System Message: WARNING/2 (<string>, line 40)

Title underline too short.

Créer une base de données
-------------------------

PostgreSQL fournit ce que l'on appelle des modÚles de bases de données qui peuvent être utilisés lors de la création d'une nouvelle base. Cette nouvelle base contiendra alors une copie de tout ce qui est présent dans le modÚle. Lorsque vous installez PostGIS, une base de données appelée template_postgis a été crée. Si nous utilisons template_postgis comme modÚle lors de la création de notre nouvelle base, la nouvelle base sera une base de données spatiales.

  1. Ouvrez l'arbre des bases de données et regardez quelles sont les bases de données disponibles. La base postgres est la base de l'utilisateur (par défaut l'utilisateur postgres, donc pas trÚs intéressante pour nous). La base template_postgis est celle que nous utiliserons pour créer des bases de données spatiales.

  2. Cliquez avec le clic droit sur l'élément Databases et sélectionnez New Database.

    ./screenshots/pgadmin_02.png

    Note

    Si vous recevez un message d'erreur indiquant que la base de données (template_postgis) est utilisée par d'autre utilisateurs, cela signifie que vous l'avez activé par inadvertance. Utilisez alors le clic droit sur l'élément PostGIS (localhost:54321) puis sélectionnez Disconnect. Double cliquez sur le même élément pour vous reconnecter et essayez à nouveau.

  3. Remplissez le formulaire New Database puis cliquez sur OK.

    Name

    nyc

    Owner

    postgres

    Encoding

    UTF8

    Template

    template_postgis

    ./screenshots/pgadmin_03.png
  4. Sélectionnez la nouvelle base de données nyc et ouvrez-la pour consulter son contenu. Vous verrez le schéma public, et sous cela un ensemble de tables de métadonnées spécifiques à PostGIS -- geometry_columns et spatial_ref_sys.

    ./screenshots/pgadmin_04.png
  5. Cliquez sur le bouton SQL query comme présenté ci-dessous (ou allez dans Tools > Query Tool).

    ./screenshots/pgadmin_05.png
  6. Saisissez la requête suivante dans le champ prévu à cet effet :

    SELECT postgis_full_version();
    

    Note

    C'est notre premiÚre requête SQL. postgis_full_version() est une fonction d'administration qui renvoie le numéro de version et les options de configuration utilisées lors de la compilation.

  7. Cliquez sur le bouton Play dans la barre d'outils (ou utilisez la touche F5) pour "exécuter la requête." La requête retournera la chaîne de caractÚres suivante, confirmant que PostGIS est correctement activé dans la base de données.

    ./screenshots/pgadmin_06.png

Vous venez de créer une base de données PostGIS avec succÚs !

Liste des fonctions

PostGIS_Full_Version: Retourne les informations complÚtes relatives à la version et aux options de compilation de PostGIS.

Note: See TracBrowser for help on using the repository browser.