Bienvenue sur PostGIS.fr

Bienvenue sur PostGIS.fr , le site de la communauté des utilisateurs francophones de PostGIS.

PostGIS ajoute le support d'objets géographique à la base de données PostgreSQL. En effet, PostGIS "spatialise" le serverur PostgreSQL, ce qui permet de l'utiliser comme une base de données SIG.

Maintenu à jour, en fonction de nos disponibilités et des diverses sorties des outils que nous testons, nous vous proposons l'ensemble de nos travaux publiés en langue française.

source: trunk/workshop-foss4g/geography.rst @ 53

Revision 53, 15.2 KB checked in by djay, 12 years ago (diff)

Typo

Partie 17 : Coordonnées géographiques

System Message: WARNING/2 (<string>, line 4)

Title underline too short.

Partie 17 : Coordonnées géographiques
=====================================

Il est trÚs fréquent de manipuler des données à coordonnées "géographiques" ou de "longitude/latitude".

Au contraire des coordonnées de type Mercator, UTM ou Stateplane, les coordonnées géographiques ne représentent pas une distance linéaire depuis une origine, tel que dans un plan. Elles décrivent la distance angulaire entre l'équateur et les pÎles. Dans les sytÚmes de coordonnées sphériques, un point est spécifié par son rayon (distance à l'origine), son angle de rotation par rapport au méridien plan, et son angle par rapport à l'axe pÎlaire.

./geography/cartesian_spherical.jpg

Vous pouvez continuer à utiliser des coordonnées géographiques comme des coordonnées cartésiennes approximatives pour vos analyses spatiales. Par contre les mesures de distances, d'aires et de longueur seront éronées. Etant donné que les coordonnées spériques mesurent des angles, l'unité est le dégré. Par exemple, les résultats cartésien approximatifs de tests tels que 'intersects' et 'contains' peuvent s'avérer terriblement faux. Par ailleurs, plus une zone est située prÚs du pÎle ou de la ligne de date internationale, plus la distance entre les points est agrandie.

Voici par exemple les coordonnées des villes de Los Angeles et Paris.

  • Los Angeles: POINT(-118.4079 33.9434)
  • Paris: POINT(2.3490 48.8533)

La requête suivante calcule la distance entre Los Angeles et Paris en utilisant le systÚme cartésien standard de PostGIS :command:`ST_Distance(geometry, geometry)`. Notez que le SRID 4326 déclare un systÚme de références spatiales géographiques.

System Message: ERROR/3 (<string>, line 21); backlink

Unknown interpreted text role "command".
SELECT ST_Distance(
  ST_GeometryFromText('POINT(-118.4079 33.9434)', 4326), -- Los Angeles (LAX)
  ST_GeometryFromText('POINT(2.5559 49.0083)', 4326)     -- Paris (CDG)
  );
121.898285970107

Aha! 121! Mais, que veut dire cela ?

L'unité pour SRID 4326 est le degré. Donc la réponse signifie 121 degrés. Sur une sphÚre, la taille d'un degré "au carré" est assez variable. Elle devient plsu petite au fur et à mesure que l'on s'éloigne de l'équateur. Pensez par exemple aux méridiens sur le globe qui se ressÚrent entre eux au niveau des pÎles. Donc une distance de 121 degrés ne veut rien dire !

Pour calculer une distance ayant du sens, nous devons traiter les coordonnées géographiques non pas come des coordonnées cartésiennes approximatives, mais plutÎt comme de réelles coordonnées sphériques. Nous devons mesurer les distances entre les points comme de vrais chemins par dessus uen sphÚre, comme une portion d'un grand cercle.

Depuis sa version 1.5, PostGIS fournit cette fonctionnalité avec le type geography.

Note

Différentes bases de données spatiales développent différentes approches pour manipuler les coordonnées géographiques.

  • Oracle essaye de mettre à jour la différence de maniÚre transparente en lanacant des calculs lorsuqe le SRID est géographique.
  • SQL Server utilise deux types spatiaux, "STGeometry" pour les coordonnées cartésiens et STGeography" pour les coordonnées géographqiues.
  • Informix Spatial est une pure extension cartésienne d'Informix, alors qu'Informix Geodetic est une pure extension géographique.
  • Comme SQL Server, PostGIS utilise deux types: "geometry" et "geography".

En utilisant le type geography plutot que geometry, essayon sà nouveau de mesurer la distance entre Los Angeles et Paris. Au lieu de la commande :command:`ST_GeometryFromText(text)`, nous utiliserons cette fois :command:`ST_GeographyFromText(text)`.

System Message: ERROR/3 (<string>, line 51); backlink

Unknown interpreted text role "command".

System Message: ERROR/3 (<string>, line 51); backlink

Unknown interpreted text role "command".
SELECT ST_Distance(
  ST_GeographyFromText('POINT(-118.4079 33.9434)'), -- Los Angeles (LAX)
  ST_GeographyFromText('POINT(2.5559 49.0083)')     -- Paris (CDG)
  );
9124665.26917268

Toutes les valeurs retournées étant en mÚtres, notre réponse est donc 9124 kilomÚtres.

Les versions plus anciennes de PostGIS supportaient uniquement des calculs sur sphÚre trÚs basiques comme la fonction :command:`ST_Distance_Spheroid(point, point, measurement)`. Celle-ci est trÚs limitée et ne fonctionne uniquement sur des points. Elle ne supporte pas non plus l'indexation au niveau des pÎles ou de la ligne de date internationale.

System Message: ERROR/3 (<string>, line 66); backlink

Unknown interpreted text role "command".

Le besoin du support des autres types de géométries se fit ressentir lorsqu'il s'agissait de répondre à des questions du type "A quelle distance la ligne de vol d'un avion Los Angeles/Paris passe-t-elle de l'Islande?"

./geography/lax_cdg.jpg

Répondre à cette question en travaillant avec un plan cartésien fournit une trÚs mauvaise réponse en effet ! En utilisant la ligne rouge, nou sobtenon sune bien meilleure réponse. Si nous convertissons notre vol LAX-CDG en une ligne et que nous calculons la distance à un point en Islande, nous obtiendrons la réponse exacte, en mÚtres.

SELECT ST_Distance(
  ST_GeographyFromText('LINESTRING(-118.4079 33.9434, 2.5559 49.0083)'), -- LAX-CDG
  ST_GeographyFromText('POINT(-21.8628 64.1286)')                        -- Iceland
);
531773.757079116

Donc le point le plu sproche de l'Islande pendant le vol LAX-CDG est de 532 kilomÚtres.S

L'approche cartésienne pour manipuler les coordonnées géographiques pert tout son sens pour les objets situées au dessus de la ligne de date internationale. La route "sphérique" la plus courte entre Los-Angeles et Tokyo traverse l'océan Pacifique. La route "cartésienne" la plus courte traverse quant à elle les océans Atlantique et Indien.

./geography/lax_nrt.png
SELECT ST_Distance(
  ST_GeometryFromText('Point(-118.4079 33.9434)'),  -- LAX
  ST_GeometryFromText('Point(139.733 35.567)'))     -- NRT (Tokyo/Narita)
    AS geometry_distance,
ST_Distance(
  ST_GeographyFromText('Point(-118.4079 33.9434)'), -- LAX
  ST_GeographyFromText('Point(139.733 35.567)'))    -- NRT (Tokyo/Narita)
    AS geography_distance;
 geometry_distance | geography_distance
-------------------+--------------------
  258.146005837336 |   8833954.76996256

Utiliser le type 'Geography'

Afin d'importer des données dans une table de type geography, les objets géographiques doivent d'avord être projetées dans le systÚme EPSG:4326 (longitude/latitude), ensuite elles doivent être converties en objets de type géographies. La fonction :command:`ST_Transform(geometry,srid)` convertie les coordonnées en géographies et la fonction :command:`Geography(geometry)` change le type ("cast") de géométrie à géographie.

System Message: ERROR/3 (<string>, line 112); backlink

Unknown interpreted text role "command".

System Message: ERROR/3 (<string>, line 112); backlink

Unknown interpreted text role "command".
CREATE TABLE nyc_subway_stations_geog AS
SELECT
  Geography(ST_Transform(the_geom,4326)) AS geog,
  name,
  routes
FROM nyc_subway_stations;

La construction d'une indexation spatiale sur une table stockant des objets de type géographie est exactement identique à la méthode employée pour les géométries :

CREATE INDEX nyc_subway_stations_geog_gix
ON nyc_subway_stations_geog USING GIST (geog);

La différence est camouflé : l'indexation des objets de type géographie gére correctement les requêtes qui recouvrent les pÎles ou traverses les fuseaux horraires, alors que les géométries ne le supporteront pas.

Il n'y a qu'un petit nombre de fonctions disponibles pour le type géographie :

Création d'une table stockant des géograhpies

System Message: WARNING/2 (<string>, line 153)

Title underline too short.

Création d'une table stockant des géograhpies
---------------------------------------------

Le code SQL permettant la création d'une nouvelle table avec une colonne de type géographie ressemble à la création d'une table stockant des géométries. Cependant, les objets de type géographie permettent de spécifier directement le type d'objet géographique à la création de la table. Par exemple :

CREATE TABLE airports (
  code VARCHAR(3),
  geog GEOGRAPHY(Point)
);
INSERT INTO airports VALUES ('LAX', 'POINT(-118.4079 33.9434)');
INSERT INTO airports VALUES ('CDG', 'POINT(2.5559 49.0083)');
INSERT INTO airports VALUES ('REK', 'POINT(-21.8628 64.1286)');

Lors de la définitionn le type GEOGRAPHY(Point) spécifie que nos airoports sont des points. Les nouveau champs géographie n'est pas référencé dans la table geometry_columns. Le stockage des métadonnées relatives aux données de type géograhpie sont stockées dans une vue appellée geography_columns qui est maintenue à jour automatiquement sans avoir besoin d'utiliser des fonctions comme geography_columns.

SELECT * FROM geography_columns;
          f_table_name         | f_geography_column | srid |   type
-------------------------------+--------------------+------+----------
 nyc_subway_stations_geography | geog               |    0 | Geometry
 airports                      | geog               | 4326 | Point

Note

La possibilité de définir les types et le SRID lors de la création de la table (requête CREATE), et la mise à jour automatique des métadonnées geometry_columns sont des fonctionalités qui seront adaptées pour le type géométrie pour la version 2.0 de PostGIS.

Conversion de type

Bien que les fonctions de bases qui s'appliquent au type géographie peuvent être utilisées dans un grand nombre de cas d'utilisation, il est parfois nécessaire d'accéder aux autres fonctions qui ne supportent que le type géométrie. Heureusement, il est possible de convertir des objets de type géométries en des objets de types géographies et inversement.

La syntaxe habituelle de PostgreSQL pour les conversion de type consiste à ajouter à la valeur la chaîne suivante ::typename. Donc, 2::text convertie la valeur numérique deux en une chaîne de caractÚres '2'. La commande : 'POINT(0 0)'::geometry convertira la représentation textuelle d'un point en une point géométrique.

La fonction :command:`ST_X(point)` supporte seulement le type géométrique. Comment lire la coordonée X d'une de nos géographie ?

System Message: ERROR/3 (<string>, line 192); backlink

Unknown interpreted text role "command".
SELECT code, ST_X(geog::geometry) AS longitude FROM airports;
 code | longitude
------+-----------
 LAX  | -118.4079
 CDG  |    2.5559
 REK  |  -21.8628

En ajoutant la chaîne ::geometry à notre valeur géographique, nous la convertissons en une géographie ayant le SRID : 4326. À partir de maintenant, nous pouvons utiliser autemps de fonctions s'appliquant au géométries que nous le souhaitons. Mais, souvenez-vous - maintenant que nos objets sont des géométries, leur coordonnées seront interprétées comme des coordonnées cartésiennes, non pas sphériques.

Pourquoi (ne pas) utiliser les géographies

System Message: WARNING/2 (<string>, line 210)

Title underline too short.

Pourquoi (ne pas) utiliser les géographies
------------------------------------------

Les géographies ont des coordonnées universellement acceptées - chacun peut comprendre que représente la latitue et la longitude, mais peut de personne comprennent ce que les coordonnées UTM signifient. Pourquoi ne pas tout le temps utiliser des géographies ?

  • PremiÚrement, comme indiqué précédemment, il n'y a que quelques fonctions qui supportent ce type de données. Vous risquer de perdre beaucoup de temps à contourner les problÚmes liés à la non-disponibilité de certaines fonctions.
  • DeuxiÚmement, les calculs sur une sphÚre sont plus consomateurs en ressource que les mêmes calculs dans un systÚme cartésien. Par exemple, la formule de calcul de distance (Pythagore) entraine un seul appÚle à la fonction racine carré (sqrt()). La formule de calcul de distance sphérique (Haversine) utilise deux appÚle à la fonction racine carré, et un appÚle à arctan(), quatre appÚle à sin() et deux à cos(). Les fonctions trigonométriques sont trÚs couteuses, et les calculs sphériques les utilisent massivement.

Quel conclusion en tirer ?

Si vos données sont géograhpiquement compact (contenu à l'intérieur d'un état, d'un pays ou d'une ville), utilisez le type geometry avec une projection cartésienne qui est pertinent pour votre localisation. Consultez le site http://spatialreference.org et tapez le nom de votre région pour visualiser la liste des systÚme de projection applicables dans votre cas.

Si, d'un autre coté, vous avez besoin de calculer des distances qui est géographiquement éparse (recouvrant la plupart du monde), utiliser le type geography. La compléxité de l'application que vous éviterait en travaillant avec des objets de type geography dépassera les problÚmes de performances. La conversion de type en géométrie permettra de dépasser les limites des fonctionnalités proposé pour ce type.

Liste des fonctions

ST_Distance(geometry, geometry): Pour le type géométrie, renvoit la distance cartésienne, pour les géographies la distance sphérique en métres.

ST_GeographyFromText(text): Retourne la valeur géographique à partir d'une représentation en WKT ou EWKT.

ST_Transform(geometry, srid): Retourne une nouvelle géométrie avec ses coordonnées reprojetées dans le systÚme de référence spatial référencé par le SRID fournit.

ST_X(point): Retourne la coordonnée X d'un point, ou NULL si non disponible. La valeur passée doit être un point.

Footnotes

[1](1, 2)

Les fonctions buffer et intersection sont actuellement construite sur le principe de conversion de type en géométries, et ne sont pas actuellement capable de gérer des coordonnées sphariques. Il en résulte qu'elles peuvent ne pas parvenir à retourner un résultat correcte pour des objets ayant une grande étendue qui ne peut être représenté correctement avec une représentation planaire.

Par exemple, la fonction :command:`ST_Buffer(geography,distance)` transforme les objets géographiques dans la "meilleure" projection, crée la zone tampon, puis les transforme à nouveau en des géographies. S'il n'y a pas de "meilleure" projection (l'objet est trop vaste), l'opération peut ne pas réussir à retourner une valeur correct ou retourner une one tampon mal formée.

System Message: ERROR/3 (<string>, line 239); backlink

Unknown interpreted text role "command".
Note: See TracBrowser for help on using the repository browser.