Bienvenue sur PostGIS.fr

Bienvenue sur PostGIS.fr , le site de la communauté des utilisateurs francophones de PostGIS.

PostGIS ajoute le support d'objets géographique à la base de données PostgreSQL. En effet, PostGIS "spatialise" le serverur PostgreSQL, ce qui permet de l'utiliser comme une base de données SIG.

Maintenu à jour, en fonction de nos disponibilités et des diverses sorties des outils que nous testons, nous vous proposons l'ensemble de nos travaux publiés en langue française.

source: trunk/workshop-foss4g/loading_data.rst @ 60

Revision 60, 8.7 KB checked in by thomasg, 7 years ago (diff)

Fix typos until loading_data.rst

RevLine 
[1]1.. _loading_data:
2
[37]3Partie 4 : Charger des données spatiales
[19]4=========================================
[1]5
[45]6Supporté par une grande variété de librairies et d'applications, PostGIS fournit de nombreux outils pour charger des données. Cette partie traitera uniquement du chargement basique de données, c'est à dire le chargement de fichiers Shapefile (.shp) en utilisant l'outil dédié de PostGIS.
[1]7
[19]8#. PremiÚrement, retournez sur le Dashboard et cliquez sur le lien **Import shapefiles** de la section PostGIS. L'interface d'import de données Shapefile pgShapeLoader se lance.
[1]9
10   .. image:: ./screenshots/pgshapeloader_01.png
11
[60]12#. Ensuite, ouvrez le navigateur de fichier *Shape File* puis dans le répertoire file:`\\postgisintro\\data` sélectionnez le fichier :file:`nyc_census_blocks.shp`.
[1]13
[19]14#. Saisissez les détails de la section *connexion PostGIS* et cliquez sur le bouton **Test Connection...**.
[1]15
16   .. list-table::
17
18      * - **Username**
19        - ``postgres``
20      * - **Password**
21        - ``postgres``
22      * - **Server Host**
23        - ``localhost`` ``54321``
24      * - **Database**
25        - ``nyc``
26
[60]27  .. note::
28
[19]29     Affecter le numéro de port **54321** est trÚs important ! Le serveur PostGIS d'OpenGeo utilise ce port et non le port par défaut (5432).
[1]30
[37]31#. Saisissez les détails de la section *Configuration*.
[1]32
33   .. list-table::
34
35      * - **Destination Schema**
36        - ``public``
37      * - **SRID**
38        - ``26918``
39      * - **Destination Table**
40        - ``nyc_census_blocks``
41      * - **Geometry Column**
42        - ``the_geom``
43
[19]44#. Cliquez sur le bouton **Options** et sélectionnez "Load data using COPY rather than INSERT." Ce qui implique que le chargement des données sera plus rapide.
[1]45
46   .. image:: ./screenshots/pgshapeloader_02.png
47
[19]48#. Pour finir, cliquez sur le bouton **Import** et regardez l'importation s'exécuter. Cela peut prendre plusieurs minutes pour charger, mais ce fichier est le plus gros que nous aurons à charger.
[1]49
[60]50#. Repétez la méthode afin d'importer les autres données présentes dans le répertoire data. Hormis le nom du fichier et le nom de la table de sortie, les autres paramÚtres de pgShapeLoader devrait rester les mêmes :
[1]51
52   * ``nyc_streets.shp``
53   * ``nyc_neighborhoods.shp``
54   * ``nyc_subway_stations.shp``
55
[60]56#. Lorsque tous les fichiers sont chargés, cliquez sur le bouton "Refresh" de pgAdmin pour mettre à jour l'arbre affiché. Vous devriez voir vos quatre nouvellles tables affichées dans la section **Tables** de l'arbre.
57
[1]58   .. image:: ./screenshots/refresh.png
[60]59
60
[37]61Shapefile ? Qu'est-ce que c'est ?
[60]62---------------------------------
[1]63
[37]64Il est possible que vous vous demandiez "Qu'est-ce que c'est ce shapefile ?" On utilise communément le terme "Shapefile" pour parler d'un ensemble de fichiers d'extension ``.shp``, ``.shx``, ``.dbf``, ou autre ayant un nom commun (ex: nyc_census_blocks). Le fichier Shapefile est en réalité le fichier d'extension ``.shp``, mais ce fichier seul n'est pas complet sans ses fichiers associés.
[1]65
[19]66Fichiers obligatoires :
[1]67
[19]68  * ``.shp`` â€” les formes; les entités géographiques elle-mêmes
[60]69  * ``.shx`` â€” l'index de formes; un index basé sur les positions des entités géographiques
70  * ``.dbf`` â€” les attributs; les données attributaires associées à chaque forme, au format dBase III
[1]71
[60]72Les fichiers optionnels possibles:
[1]73
[60]74  * ``.prj`` â€” la projection; le systÚme de coordonnées et l'information de projection, un fichier texte décrivant la projection utilisant le format texte bien connu (WKT)
75
[19]76Afin d'utiliser un fichier Shapefile dans PostGIS, vous devez le convertir en une série de requêtes SQL. En utilisant pgShapeLoader, un Shapefile est converti en une table que PostgreSQL peut comprendre.
[1]77
78
[19]79SRID 26918 ? Qu'est que c'est ?
80-------------------------------
[1]81
[60]82La plupart des paramÚtres de l'importation de données sont explicites mais même les professionnels du SIG peuvent rencontrer des difficulté à propos du  **SRID**.
[1]83
[60]84"SRID" signifie "IDentifiant de Référence Spatiale". Il définit tous les paramÚtres de nos données, telles les coordonnées géographiques et la projection. Un SRID est pratique car il encapsule sous la forme d'un nombre toutes les informations à propos de la projection de la carte (ce qui peut être trÚs compliqué).
[1]85
[37]86Vou pouvez consulter la définition de la projection de la carte en consultant la base de données en ligne suivante :
[1]87
88  http://spatialreference.org/ref/epsg/26918/
89
[19]90ou directement depuis PostGIS en interrogeant la table ``spatial_ref_sys``.
[1]91
92.. code-block:: sql
93
94  SELECT srtext FROM spatial_ref_sys WHERE srid = 26918;
[60]95
[1]96.. note::
[60]97   La table ``spatial_ref_sys`` de PostGIS est une table standard OGC qui définit tous les systÚmes de référence spatiale connus par la base de données. Les données livrées avec PostGIS, contiennent 3000 systÚmes de référence spatiale et précisent les informations nécessaires à la transformation ou la reprojection.
[1]98
[60]99Dans les deux cas, vous obtiendrez une représentation du systÚme de référence spatiale **26918** (affichée sur plusieurs lignes ici pour plus de clarté).
[1]100
101::
102
103  PROJCS["NAD83 / UTM zone 18N",
104    GEOGCS["NAD83",
105      DATUM["North_American_Datum_1983",
106        SPHEROID["GRS 1980",6378137,298.257222101,AUTHORITY["EPSG","7019"]],
107        AUTHORITY["EPSG","6269"]],
108      PRIMEM["Greenwich",0,AUTHORITY["EPSG","8901"]],
109      UNIT["degree",0.01745329251994328,AUTHORITY["EPSG","9122"]],
110      AUTHORITY["EPSG","4269"]],
111    UNIT["metre",1,AUTHORITY["EPSG","9001"]],
112    PROJECTION["Transverse_Mercator"],
113    PARAMETER["latitude_of_origin",0],
114    PARAMETER["central_meridian",-75],
115    PARAMETER["scale_factor",0.9996],
116    PARAMETER["false_easting",500000],
117    PARAMETER["false_northing",0],
118    AUTHORITY["EPSG","26918"],
119    AXIS["Easting",EAST],
120    AXIS["Northing",NORTH]]
121
[19]122Si vous ouvrez le fichier ``nyc_neighborhoods.prj`` du répertoire data, vous verrez la même définition.
[1]123
[19]124Un problÚme auquel se confronte la plupart des débutants en PostGIS est de savoir quel SRID il doit utiliser pour ses données. Tout ce qu'ils ont c'est un fichier ``.prj``. Mais comment un humain peut-il reconnaitre le numéro de SRID correct en lisant le contenu du fichier ``.prj`` ?
[1]125
[37]126La réponse simple est d'utiliser un ordinateur. Copiez le contenu du fichier ``.prj`` dans le formulaire du site http://prj2epsg.org. Cela vous donnera le nombre (ou la liste de nombres) qui correspond le plus à votre définition de projection. Il n'y a pas de nombre pour *toutes* les projections de cartes existantes dans le monde, mais les plus courants sont disponibles dans la base de données de prj2epsg.
[1]127
128.. image:: ./screenshots/prj2epsg_01.png
129
[60]130Les données que vous recevez des agences locales de l'Etat - comme la ville de New York - utilisent la plupart du temps des projections locales notées "state plane" ou "UTM". Dans notre cas, la projection est "Universal Transverse Mercator (UTM) Zone 18 North" soit EPSG:26918.
[1]131
132
[60]133Les choses à essayer : rendre spatiale une base de données existante
[19]134--------------------------------------------------------------------
[1]135
[60]136Vous avez déjà vu comment créer une base de données en utilisant le modÚle ``postgis_template`` depuis pgAdmin. Néanmoins, lorsque vous installé depuis les sources ou que vous ajoutez le module PostGIS à une base existante, il n'est pas toujours approprié de créer une nouvelle base de données en utilisant le modÚle PostGIS.
[1]137
[60]138Votre tâche consiste dans cette section à créer une base de données et à ajouter les types et les fonctions PostGIS ensuite. Les script SQL nécessaires - :file:`postgis.sql` et :file:`spatial_ref_sys.sql` - se trouvent dans le répertoire :file:`contrib` de votre installation de PostgreSQL. Pour vous guider, vous pouvez consulter la documentation PostGIS expliquant comment installer PostGIS [#PostGIS_Install]_.
[1]139
140.. note::
141
[60]142   N'oubliez pas saisir le nom de l'utilisateur et le numéro de port lorsque vous créez une base de données en ligne de commande.
[1]143
[60]144Les choses à essayer : visualiser des données avec uDig
145-------------------------------------------------------
[1]146
[60]147`uDig <http://udig.refractions.org>`_, (User-friendly Desktop Internet GIS) est un outil bureautique de visualisation/édition SIG permettant de visualiser rapidement ses données. Vous pouvez visualiser un grand nombre de formats différents dont les Shapefiles et les bases de données PostGIS. Son interface graphique vous permet d'explorer vos données facilement mais aussi de les tester et les styler rapidement.
[1]148
[60]149Utilisez cette application pour vous connecter à votre base de données PostGIS. L'application est contenue dans le répertoire ``software``.
[1]150
[60]151.. rubric:: Notes de bas de page
152
[37]153.. [#PostGIS_Install] "Chapter 2.5. Installation" PostGIS Documentation. Mai 2010 <http://postgis.org/documentation/manual-1.5/ch02.html#id2786223>
[1]154
Note: See TracBrowser for help on using the repository browser.